Friday, July 01, 2005

Et hop! On déménage!

Comme annoncé, on déménage.

Dorénavant ça se passera ici.

Bon c'est encore un peu en chantier mais ça devrait ressembler assez vite à quelque chose (on espère tout du moins) et je fêterai ça avec des photos !

Monday, April 11, 2005

Rester, c’est exister ; mais voyager, c’est vivre.

Pour clarifier un tout petit peu ce à quoi me fait penser cette phrase, je dirai juste ceci :

Lorsque j'ai décidé de partir, ma motivation était totalement égoïste. J'ai plus ou moins quitté tout ce(ux) que je connaissais afin de vivre une nouvelle expérience. Et c'est bien là toute l'essence du voyage pour moi : vivre de nouvelles expériences. Au bout de deux mois en Suède je me sentais chez moi, et le temps de la découverte pure a laissé la place à une certaine forme de (re)construction. Bien entendu je ne dis pas que je ne découvre plus rien, ce serait totalement faux, mais cette découverte se situe à un autre plan.
Maintenant je suis bel et bien passé à un stade de construction, je commence à vraiment connaître des gens, j'ai envie d'approfondir certaines relations, envie de découvrir d'autres aspects de la Suède, etc. Envie finalement de compter pour et de pouvoir compter sur les autres. Exit l'égoïsme, envie de sociabilité.

Sauf que...
Sauf que je ne suis pas sûr de vouloir rester en Suède, je ne suis pas sûr de pouvoir rester non plus. J'ai une énorme démangeaison dans la zone voyage de mon cerveau, un intense sentiment de "pas à ma place" que je traine depuis des années, où que je sois, et la conclusion qui s'impose d'elle-même :
"Bon quand est-ce que je pars, j'ai bien envie de vivre un peu là."

Voilà. C'était un vrai billet sérieux. Promis je le ferai plus :)

Friday, April 08, 2005

Errements intellectuels (?)

Je me dis que je fais bien de ne pas aborder de sujet sérieux. Je ne suis pas assez talentueux pour faire passer mes idées de facon claire et concise (assez en tout cas pour que les gens lisent sans décrocher), et de toute facon je ne suis pas certain que mes idées soient vraiment dignes d'intérêt.

Paradoxe, j'aime lire les opinions sur les blogs, même si des fois je suis atterré par certains points de vue.

J'ai lu chez Elixie qui est de retour (ca fait un ptit moment mais je vous l'avais pas dit) un truc marrant sur l'amitié et le quotidien. Enfin marrant est utilisé ici pour exprimer mon adhésion et ma surprise en fait.

Coïncidence, je parlais justement d'amitié et de distance avec N. il y a une semaine, avec un expat' ce matin. Et de constater qu'on en est tous au même point face à ce sujet délicat.

"Plus on prête attention aux coïncidences, plus elles se produisent."
[ Vladimir Nabokov ]


Autre sujet, autre coïncidence. En réponse à mes interrogations sur mon futur, j'ai lu ca :

"Rester, c’est exister : mais voyager, c’est vivre."
[ Gustave Nadaud ]

Reste donc à savoir si je veux vivre ou exister.

Wednesday, April 06, 2005

Au ras des pâquerettes

Pour se détendre une anecdote très cacapipipopo qui ne fera rire que moi :

Hier je trônais sur mes toilettes pour faire ce qu'on fait dans ce genre de situation. j'étais un peu endormi pour tout dire, souriant béatement en direction du mur parce que n'est ce pas, ca fait du bien (ne faites pas les vierges effarouchées, j'avais prévenu).
Je reprends. J'étais donc assis dans cette position confortable et néanmoins ridicule, quand tout à coup, on frappe à ma porte. Panique à bord, et si c'était important tout ca, vite vite vite essuyons-nous et allons voir ce qu'il se passe (oui je SAIS, mais je le redis j'avais PRÉVENU).
Afin de faire patienter mon visiteur je gueule, le papier à la main : "I'm coming!"
Grossière erreur tactique mon petit Jean-Charles (et pourquoi pas d'abord)... car au travers d'une porte "I'm coming" peut très aisément se comprendre "Come in" ce qui provoque exactement l'effet inverse de celui escompté, à savoir qu'un chinois déboule alors inopinément dans ma chambre et découvre avec stupeur la salle de bain ouverte et moi sur les chiottes!!! (oui car pour répondre j'avais ouvert la porte de la salle de bain. C'est assez pratique pour parler et éviter les quiproquos, même si là bof en fait. Mais si j'avais pas ouvert, qui sait, il aurait peut être compris canine, ce qui n'aurait strictement rien voulu dire).

Il est reparti tout penaud, et il n'ose plus rien faire maintenant quand je gueule un truc depuis ma chambre.

Quand à moi je ne réponds plus quand je suis sur les chiottes

Tuesday, April 05, 2005

J'ai comme un (gros) doute...

Oui une fois n'est pas coutume, je vais parler de... môa.
Parce que bon, il paraîtrait qu'un blog perso c'est un blog où on parle de soi, et mon blog il est pas d'actualité (ou au pire de la mienne), il est pas photo, il est pas musical... Bref il est pas grand chose, donc il tombe automatiquement dans la catégorie perso et donc je dois parler de moi.
Bon fi de tout ce nombrilisme, arrivons-en au vif de ce non-sujet : mon avenir.
En très grande partie à cause d'une certaine personne qui ne se reconnaîtra peut être pas même si elle passe par hasard ici, j'ai de plus en plus de mal à imaginer vivre d'un métier inutile, au sens "qui n'apporte rien d'important". En vrac des métiers utiles c'est médecin, assistante sociale, pompier, Président de la République (ah oui parce que c'est pas un blog drôle non plus) ... Moi ce à quoi je me destine c'est construire des avions ou des voitures. Super.
D'un autre côté aujourd'hui en cours d'aérodynamique on a un prof italien trop super top cool, qui s'est cassé le cul comme un fou pour nous organiser des conf intéressantes et surtout un workshop avec des ingénieurs Ferrari et Ducati (et ils emmènent une 999 pour l'occasion!). Alors là d'un coup moi je me dis que quand même bosser pour Ferrari ou Ducati ca pète et j'adorerais ca. Mais là côté utilité je suis plutôt tombé très loin.
Alors je doute. Quelle idée aussi d'avoir des amies revendicatrices toussa, j'vous jure...

Friday, April 01, 2005

Déménagement

Au risque de décevoir les adeptes de mes photos artistiques et inspirées et ainsi de connaître un exode sans précédent de ce blog vers un vrai site intéressant (sisi cherchez bien il y en a), je n'ai pas pris de photo de mon déménagement.
Déjà j'ai réussi à le finir ce déménagement, ce qui n'était pas gagné à première vue (et pourtant je n'ai pas beaucoup d'affaires, mais j'en ai bien 2x plus que quand je suis arrivé quand même). Ca m'a quand même fait bizarre de quitter mon couloir, comme un petit pincement au coeur. Faut dire qu'en ce moment mon coeur a une tendance certaine à se faire pincer, ca doit être la saison.
Heureusement mon voisin a pensé à moi, et m'a offert en cadeau une de ces nuits inoubliables dont il a le secret : un concert de grognements, feulements et ahanements en compagnie de sa fouine (qui n'a de la fouine que le cri, son corps s'apparentant plus à une dinde - oui c'est bas mais j'y peux rien j'ai mal dormi et c'est la faute de cette dondon). Ca bizarrement ca risque de pas me manquer des masses.

Mais allez! Haut les coeurs, le soleil brille, il ne me reste plus qu'à finir ce rapport un peu lourdingue sur les matériaux sandwichs et à moi les joies de la nature et du printemps (ma soeur trouve qu'il est présomptueux de parler de printemps quand il fait 5 degrés. Elle n'a pas vu les alignements de Suédoises court-vêtues qui ont d'ores et déjà envahi les rues/parcs/musées/tout endroit où il est physiquement possible de poser son derrière de Stockholm!).

Je suis amoureux

Mais non pas en vrai. Franchement vous me voyez amoureux, à chanter des petits cuicuis doux et colorés à ma douce, belle et tendre, l'élue de mon coeur (enfin la fille qui me supporte en fait) ?
Non bien sûr! Moi je suis un mec à la dure, célibataire endurci qui n'a pas peur d'affronter la vie seul, le regard bien haut, confiant dans son avenir et...
Je m'égare là.
Il faut me le dire, hein, quand je m'égare, ça sert à rien que j'écrives trois plombes de la marde de coucou en branche. Bon je reprends, et arrêtez de m'interrompre, ça m'est profondément désagréable.
Donc. Oui je suis amoureux mais pas en vrai.
Ce midi, l'estomac torturé par ce que les gens ont coutume d'appeler la "faim" (il arrive également que l'estomac soit torturé par d'autres choses mais cela n'entre pas dans le cadre présent de mon billet alors adeptes de gastro et autres intoxications alimentaires, passez votre chemin). Bon j'accélère un peu parce que là moi je suis fatigué et demain je finis de déménager (et non j'ai pas pris de photo, on verra demain si j'ai le courage et l'inspiration et l'appareil).
Reprenons. Tiraillé par cette faim sus-citée, je me dirige vers l'échoppe qui jouxte ma salle info, et j'achète mon sandwich habituel (car oui je me sustente régulièrement dans cette échoppe parce qu'elle jouxte justement ma salle info). Et là au moment de payer, la charmante caissière me demande en suédois si je veux profiter de l'offre sandwich café. Bon sur le coup j'ai pas compris, j'ai fait "Gnn??? Tu peux répéter steplé là je sors de 4h de devant un ordi qui fait rien qu'à m'embêter, je suis pas en mode social activé et mon option suédois a oublié de se lever ce matin". Bon non j'ai juste grogné "Gnn? Une fois de plus" en suédois, ce qui ne veut rien dire traduit mais qui dans la langue de Nobel (et oui il était suédois, tout le monde ne le sait pas forcément, et ptêtre qu'il y en a qui se sont trompés de blog et qui pensaient trouver du culturel ici, alors bon comme ça ils seront pas complètement déçus) signifie qu'on souhaite que l'interlocuteur réitère sa remarque.
En règle générale, le grognement ne masque pas tout à fait mon bel accent de français (enfin bon moi cet accent je le vends, non je l'offre à qui le veut, parce que moi je l'aime pas plus que ça. On dit "oui l'accent français il est charmant" moi je dis que dalle! Il sert à rien cet accent! Si à passer pour un français quelle que soit la langue parlée, ce qui n'est d'une utilité que modérée entre nous), et donc les suédois passent très souvent à l'anglais. Alors que bon les français parlent pas plus anglais que suédois, c'est bien connu. Mais bon.
Et là bah non! La fille me sourit, et répète plus lentement ce qu'elle vient de me dire. Et donc je comprends la question, et du coup je grogne que non, pas de café pour moi, je suis en état de léthargie avancée et je m'en voudrais de me réveiller pour si peu. Je grogne, mais je grogne content quand même. En fait c'est une des toutes première fois qu'une caissière (enfin on peut élargir à suédois mais je suis plus focalisé sur suédoise, pis en plus là dans l'anecdote c'est caissière, pis me gonfle pas je te dis que je suis fatigué et que je veux finir vite) fait l'effort de me faire comprendre en suédois.
Alors je suis amoureux. Enfin non pas tout à fait.
Mais quand même.